Conférence sur le Roman de Mohamed BOUDIA

                                                           Conférence Manar (2) 

 

       Le roman comporte 15 chapitres. Ce dernier a été commencé en 1980 en France. Je n’ai pu le terminer que vers les années 90, faute de temps. J’ai commencé à écrire en 1967 et je n’ai jamais eu le loisir de terminer une œuvre que j’avais commencé faute de moyens et de temps. Vous savez, je suis éducateur et ma profession me prenait presque tout mon temps. Lorsque je pris ma retraite, je me suis mis à terminer mes premiers écrits. J’ai déjà six romans édités en France. J’ai exactement 6 autres livres terminés et ficelés qui n’attendent que l’impression et j’ai aussi plus de 8 projets en cours. C’est seulement pour vous donner une idée du travail que je suis en train d’accomplir avant de quitter ce bas-monde. Bon ! Ne soyons pas pessimiste et revenons à nos moutons. 

             Le roman de Manar n’est que l’aspiration de l’auteur à un monde meilleur dénué de toute hypocrisie et de toute velléité tendant à asservir un peuple. 

J’ai choisi mes principaux acteurs parmi l’enfance, deux enfants de 12 ans de mondes différents qui nous donnent une leçon d’humanisme et de fraternité universelle. Ils ont su à eux seuls, à être les précurseurs d’une vie meilleure sur la terre. 

Dans le roman, l’auteur a voulu annihiler toutes les tares et les fléaux existants sur terre et c’est mon vœu le plus cher. Il a aussi détruit le mythe de la suprématie des nations et des êtres pour ne créer qu’une seule et même nation « humaine » au sens propre et étymologique du terme. 

Je ne vais pas m’attarder plus longtemps sur le sujet et je m’excuse auprès de ceux qui ont bien voulu nous honorer de leur présence car le roman « Manar, l’enfant de l’espace ne peut être acheté en Algérie et cela est indépendant de ma volonté propre. J’aurais bien voulu l’éditer ici, mais noblesse oblige, je n’en ai pas les moyens. 

 

             Vous pouvez toujours le commander chez mon éditeur en France : Edilivre – Editions APARIS 

 

             Je vous remercie d’avoir été à l’écoute de cette humble conférence. 

  

 

 

 

conférence sur Manar, l’enfant de l’espace

clipimage001.jpg  Conférence sur Manar, l’enfant de        

 l’espace de Mohamed BOUDIA 

 

    Le Jeudi 7/2/2008 à 14 heures 

        Bibliothèque de Wilaya 

               « Med MAHDI » 

                       CHLEF 

 

 

 

 

 

 

« La lumière est dans le livre. Ouvrez-le tout grand. Laissez-le rayonner. Laissez-le faire »           

                        Victor Hugo 

 

 

 

 

     « Lire, c’est nourrir l’esprit » 

« Le livre est le compagnon de celui qui n’a point d’amis » 

 

       J’ai commencé par ces deux maximes qui sont chères à mes yeux en tant qu’écrivain pour mieux situer le livre, la culture en général dans mon espace spirituel et conceptuel. 

        La lecture est devenu de nos jours l’apanage de quelques érudits seulement. La majorité des gens préfèrent le buizness à la culture car nos sociétés sont devenues des sociétés de consommation et c’est le côté matériel qui prime chez tout un chacun. 

                   L’écrivain se doit de porter son message contre vents et marées. 

                   Les écrivains de par le monde rencontrent des difficultés monstres à être acceptés pour l’édition de leurs œuvres par les maisons d’édition dites « traditionnelles ». Ils se tournent généralement vers les éditions one line ou à compte d’auteur comme cela est pratiqué chez nous en Algérie. 

                   Maspéro qui est un écrivain, voyant toutes les portes se fermer devant lui, créa sa propre maison d’édition et édita son œuvre. Ayant vécu les marasmes du monde de l’édition, il contribua à éditer des auteurs de renom, ayant eux aussi été refusé d’édition par les grosses cylindrées comme on les appelle. Il prêta assistance à Claude Simon qui venait d’être refusé par une grande maison d’édition « Gallimard » et ce dernier devint « Prix Nobel de Littérature » quelques années après. 

                   Les écrivains algériens francophones n’ont trouvé leur salut que dans l’exil de la pensée et de leur œuvre pour pouvoir être édité tels Mohamed Dib, Mouloud Feraoun, Mouloud Maameri, Kateb Yacine, Assia Djebbar et tant d’autres. Cette dernière est actuellement membre de l’Académie Française. Je n’oublierais pas de mentionner Malek Bennabi qui est une référence ainsi que Mostefa Lacheraf qui a œuvré pour un bilinguisme sain au sein de la société algérienne. 

                     

                  LA CENSURE 

                    

         Par le fait de cette dernière, plusieurs écrivains contemporains furent emprisonnés pour leurs idées. Ils ont su résister et imposer leurs idées qui font l’essentiel de la pensée universelle actuelle. S’ils avaient arrêté d’écrire, que serait actuellement la culture universelle ? Elle serait tronquée et on n’aurait jamais pu accéder à cette florissante culture universelle du 21e siècle. Je citerais seulement quelques-uns parmi eux : 

-         J.J.Rousseau 

-         Engels 

-         Freud 

-         Alain 

-         John Steinbeck 

-         Kafka et tous les autres. 

Ils ont résisté à la censure et ont porté haut le flambeau de la culture universelle. C’est des références qu’on ne peut nier actuellement. Le cas s’est posé aussi aux écrivains et poètes arabes depuis la nuit des temps. Je citerais parmi eux, seulement Ibn Khaldoun, Ibn El moukafaa, El Djahedh, El Moutanabi qui ont eu à en découdre avec  leurs dirigeants d’alors. 

            Une certaine liberté d’expression doit être laissé à l’écrivain pour lui permettre d’extérioriser ses concepts et ses opinions. L’écrivain doit être jeté en pâture aux lecteurs et c’est seulement eux qui pourront le juger, l’accepter ou le renier. Combien avons-nous perdu de talents ? Beaucoup se sont exilés et ont vu leurs idées prendre place dans les forums internationaux. 

Un écrivain, qu’il le veuille ou non, est engagé. Il véhicule des idées nouvelles ou dans un courant de pensée universelle. 

                   Les écrivains de science-fiction ont toujours été les précurseurs en matière de création conceptuelle technologique et scientifique. 

                   Les chercheurs se basent généralement sur leurs idées pour concrétiser par moment, leurs recherches. Nous avons un cas bien spécifique en la personne et les œuvres de Jules Verne. Ses visions ont permis à la science et technologie, un essor fantastique que nous vivons actuellement. 

                   Pour terminer, je demanderais à ceux qui ont le pouvoir de laisser les gens s’exprimer. Nous nous devons d’être à l’écoute d’autrui, d’accepter ses idées et en tirer le meilleur afin de pérenniser la culture dans notre pays.                                              

 

 

                            Manar, l’enfant de l’espace 

 

1/- La rencontre de Manar et Nabil 

2/- L’apparition au public 

3/- La réunion interplanétaire 

4/- L’appel à la destruction des ogives nucléaires 

5/- La formule du sérum anti-cancer 

6/- L’invitation sur TERRA II 

7/- Le retour de Nabil 

8/- La visite de la délégation de TERRA II 

9/- Le bannissement de toutes les maladies 

10/- Les progrès de l’éducation 

11/- L’essor scientifique et technologique sur terre. 

12/- L’installation du champ de force 

13/- L’installation de visiophones 

14/- Installation de cabines de téléportage spatiotemporel 

15/- Installation d’usines pour la fabrication de scootspaces 

Conclusion 

        « Et Dieu veille sur les fils d’Adam qui suivent les préceptes édictés par le Coran et leur promet le paradis éternel. » 

 

 

 

 

 

Conférence sur Manar, l’enfant de
l’espace de Mohamed BOUDIA

Le Jeudi 7/2/2008 à 14 heures
Bibliothèque de Wilaya
« Med MAHDI »
CHLEF

« La lumière est dans le livre. Ouvrez-le tout grand. Laissez-le rayonner. Laissez-le faire »
Victor Hugo

« Lire, c’est nourrir l’esprit »
« Le livre est le compagnon de celui qui n’a point d’amis »

J’ai commencé par ces deux maximes qui sont chères à mes yeux en tant qu’écrivain pour mieux situer le livre, la culture en général dans mon espace spirituel et conceptuel.
La lecture est devenu de nos jours l’apanage de quelques érudits seulement. La majorité des gens préfèrent le buizness à la culture car nos sociétés sont devenues des sociétés de consommation et c’est le côté matériel qui prime chez tout un chacun.
L’écrivain se doit de porter son message contre vents et marées.
Les écrivains de par le monde rencontrent des difficultés monstres à être acceptés pour l’édition de leurs œuvres par les maisons d’édition dites « traditionnelles ». Ils se tournent généralement vers les éditions one line ou à compte d’auteur comme cela est pratiqué chez nous en Algérie.
Maspéro qui est un écrivain, voyant toutes les portes se fermer devant lui, créa sa propre maison d’édition et édita son œuvre. Ayant vécu les marasmes du monde de l’édition, il contribua à éditer des auteurs de renom, ayant eux aussi été refusé d’édition par les grosses cylindrées comme on les appelle. Il prêta assistance à Claude Simon qui venait d’être refusé par une grande maison d’édition « Gallimard » et ce dernier devint « Prix Nobel de Littérature » quelques années après.
Les écrivains algériens francophones n’ont trouvé leur salut que dans l’exil de la pensée et de leur œuvre pour pouvoir être édité tels Mohamed Dib, Mouloud Feraoun, Mouloud Maameri, Kateb Yacine, Assia Djebbar et tant d’autres. Cette dernière est actuellement membre de l’Académie Française. Je n’oublierais pas de mentionner Malek Bennabi qui est une référence ainsi que Mostefa Lacheraf qui a œuvré pour un bilinguisme sain au sein de la société algérienne.

LA CENSURE

Par le fait de cette dernière, plusieurs écrivains contemporains furent emprisonnés pour leurs idées. Ils ont su résister et imposer leurs idées qui font l’essentiel de la pensée universelle actuelle. S’ils avaient arrêté d’écrire, que serait actuellement la culture universelle ? Elle serait tronquée et on n’aurait jamais pu accéder à cette florissante culture universelle du 21e siècle. Je citerais seulement quelques-uns parmi eux :
- J.J.Rousseau
- Engels
- Freud
- Alain
- John Steinbeck
- Kafka et tous les autres.
Ils ont résisté à la censure et ont porté haut le flambeau de la culture universelle. C’est des références qu’on ne peut nier actuellement. Le cas s’est posé aussi aux écrivains et poètes arabes depuis la nuit des temps. Je citerais parmi eux, seulement Ibn Khaldoun, Ibn El moukafaa, El Djahedh, El Moutanabi qui ont eu à en découdre avec leurs dirigeants d’alors.
Une certaine liberté d’expression doit être laissé à l’écrivain pour lui permettre d’extérioriser ses concepts et ses opinions. L’écrivain doit être jeté en pâture aux lecteurs et c’est seulement eux qui pourront le juger, l’accepter ou le renier. Combien avons-nous perdu de talents ? Beaucoup se sont exilés et ont vu leurs idées prendre place dans les forums internationaux.
Un écrivain, qu’il le veuille ou non, est engagé. Il véhicule des idées nouvelles ou dans un courant de pensée universelle.
Les écrivains de science-fiction ont toujours été les précurseurs en matière de création conceptuelle technologique et scientifique.
Les chercheurs se basent généralement sur leurs idées pour concrétiser par moment, leurs recherches. Nous avons un cas bien spécifique en la personne et les œuvres de Jules Verne. Ses visions ont permis à la science et technologie, un essor fantastique que nous vivons actuellement.
Pour terminer, je demanderais à ceux qui ont le pouvoir de laisser les gens s’exprimer. Nous nous devons d’être à l’écoute d’autrui, d’accepter ses idées et en tirer le meilleur afin de pérenniser la culture dans notre pays.

Manar, l’enfant de l’espace

1/- La rencontre de Manar et Nabil
2/- L’apparition au public
3/- La réunion interplanétaire
4/- L’appel à la destruction des ogives nucléaires
5/- La formule du sérum anti-cancer
6/- L’invitation sur TERRA II
7/- Le retour de Nabil
8/- La visite de la délégation de TERRA II
9/- Le bannissement de toutes les maladies
10/- Les progrès de l’éducation
11/- L’essor scientifique et technologique sur terre.
12/- L’installation du champ de force
13/- L’installation de visiophones
14/- Installation de cabines de téléportage spatiotemporel
15/- Installation d’usines pour la fabrication de scootspaces
Conclusion
« Et Dieu veille sur les fils d’Adam qui suivent les préceptes édictés par le Coran et leur promet le paradis éternel. »

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

meslivrespreferees |
sandys6 |
Because the words are my life |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | INTIMATE RAT
| ENVIE DE LECTURE
| laptitedevoreusedelivres